Claques

... à Villo et aux partenariats public-privé...

... pour avoir choisi Brigitte Bardot pour sa campagne de pub. BB, gloire passée, condamnée pour propos racistes et homophobes,... ? Interrogé par un député du PS, Bruno De Lille avoue n'avoir  en la matière aucune prise sur l'opérateur privé de Villo, JCl Decaux !

Déjà que les vélos sont fabriqués en Hongrie par des ouvriers sous-payés, voilà encore une démonstration des limites des fameux partenariats "public-privé", où le rôle du public paraît... très modeste.

 

Voir http://archives.lesoir.be/villo-une-pub-avec-brigitte-bardot-choque-le-ps_t-20120402-01W3PL.html?query=villo&;firstHit=0&by=10&sort=datedesc&when=-1&queryor=villo&pos=0&all=145&nav=1

 

... à Bernard Westphael

... espoir autoproclamé de la gauche écologiste, tendance Mélenchon. Rappelons tout de même qu'il n'a pas claqué la porte d'Ecolo après un débat interne sur le fond, ni en protestation d'un vote qui heurterait ses convictions profondes, mais après la double déception d'un mauvais score à l'élection d'une nouvelle présidence – ce qui démontre son incapacité à convaincre – puis le refus de la direction de le « récompenser » de sa déroute en lui offrant le poste de président du Parlement wallon. Mais il s'est bien gardé de claquer la porte de ce même Parlement, où il a pourtant été élu grâce au parti qu'il quitte aujourd'hui. C'est que, s'il s'en allait volontairement, en respectant des règles qu'il a revendiquées – pas d'indemnités pour des démissionnaires - il n'aurait « même pas droit au chômage », ainsi qu'il l'a expliqué à Matin Première. Comme dit Jacky Morael : ce n'est pas de l'écodéveloppement, mais de l'égodéveloppement... Espérons que le Front de Gauche, qui se dit "intéressé", se trouvera des relais plus pertinents en Belgique !

Mis à jour (Mercredi, 28 Mars 2012 16:30)

 

... à la RTBF

... pour sa couverture de l'accident de car en Suisse. En une minute sur France Inter, on sait ce qu'on doit savoir. Les enfants venant de Belgique, on comprend que le sujet prenne plus de place chez nous, avec des infos sur les dispositions prises pour les proches, l'état des blessés, le numéro d'appel d'urgence... Mais de là à en faire le sujet unique de toutes les rubriques, avec rappel tous les quarts d'heures, questions répétitives auxquelles la réponse est invariablement "on ne sait pas encore..." et le comble, cette question à l'ambassadeur belge : "Quel est votre état d'esprit... ?" Ben oui, on se le demande : joyeux ? préoccupé ? triste ? Le degré zéro de l'information !

Mis à jour (Mercredi, 14 Mars 2012 08:12)