Chansons

Les flics de bord de mer

 

 

Je me souviens du bord de mer

Avec ses flics au teint si clair

Ils avaient de l'amende légère

Pour qui oserait leur déplaire

Naïves autant qu'elles étaient belles

En tunique ou simple ficelle

Des femmes voulaient faire du sport

En couvrant plus ou moins leur corps

Et encore et encore...

C'fut l'début de la java

 

Z'étaient chouettes les flics du bord de mer

Très corrects pour qui savait t'y faire

 

Y en a un qui s'appelle Denis

Il fait la chasse au burkini

Il a juste un très gros défaut

Il verbalise plus qu'il ne faut

Y en a un qui s'appelle Manu

Lui il fait la chasse aux seins nus

A eux deux ils font bien la paire

Pour imposer la loi du père...

Sans douceur sans douceur...

sans douceur ni profondeur

 

Z'étaient chouette...

 

Y en a un qui s'appelle Mathieu

Lui il fait la chasse aux cheveux

Dans les piscines municipales

Le moindre poil est un scandale

 

Y en a un qui s'appelle Bernard

Lui il fait la chasse au foulard

Car comme dit son collègue Loïc

Nos plages doivent rester laïques

V'là le hic v'là le hic...

Loïc qui sème de panique

 

Z'étaient chouettes.....

 

Alors un jour on en a marre

C'est pire que la mer à boire

On laisse la France aux zozos

Et on nage vers d'autres eaux

En douceur en douceur ...

en douceur et sans douleur






 

 

 

La petite balle perdue

C´était tout juste après la guerre,                                                                      C'était comme si on était en guerre
Dans un petit bal qu´avait souffert.                                                                    En pleine nuit, parking désert
Sur une piste de misère,                                                                                    Une camionnette de misère
Y´en avait deux, à découvert.                                                                            Ils étaient trente, à découvert
Parmi les gravats ils dansaient                                                                          Sur cette route ils brinqueballaient
Dans ce petit bal qui s´appelait                                                                          Quand soudain une balle fut tirée
Qui s´appelait                                                                                                     Fut tirée
Qui s´appelait                                                                                                     Fut tirée
Qui s´appelait.                                                                                                    Fut tirée
Non je ne me souviens plus                                                                               Non on n'a pas vraiment su
Du nom du bal perdu.                                                                                        Pourquoi cette balle perdue
Ce dont je me souviens                                                                                     Ce dont on se souvient
C'est de ces amoureux                                                                                      C'est de cette petite fille
Qui ne regardaient rien autour d´eux.                                                                Qui ne verra plus rien autour d'elle
Y´avait tant d´insouciance                                                                                 Il y a avait tant d'angoisse
Dans leurs gestes émus,                                                                                   Dans leurs gestes éperdus
Alors quelle importance                                                                                     Mais saura-t-on jamais
Le nom du bal perdu?                                                                                       Si la balle s'est perdue ?

Non je ne me souviens plus                                                                              Non on n'aura jamais su
Du nom du bal perdu.                                                                                        Pourquoi la balle perdue
Ce dont je me souviens                                                                                     Mais ce que l'on sait bien
C´est qu´ils étaient heureux                                                                              C'est combien c'est honteux
Les yeux au fond des yeux.                                                                               Si on se regarde dans les yeux
Et c´était bien                                                                                                     Et c'est affreux
Et c´était bien.                                                                                                    C'est affreux
Ils buvaient dans le même verre,                                                                       Ils avaient les mêmes rêves
Toujours sans se quitter des yeux.                                                                     Toujours sans se quitter des yeux
Ils faisaient la même prière,                                                                               Ils faisaient la même prière
D´être toujours, toujours heureux.                                                                      D'être un jour, enfin, heureux

Parmi les gravats ils souriaient                                                                         Peut-être qu'ils se souriaient
Dans ce petit bal qui s´appelait                                                                        Quand cette balle perdue
Qui s´appelait                                                                                                   S'en vint tuer
Qui s´appelait                                                                                                   S'en vint tuer
Qui s´appelait                                                                                                   S'en vint tuer
.....
Non je ne me souviens plus                                                                             Non on n'a jamais su
Du nom du bal perdu.                                                                                       Pourquoi cette balle perdue...

Mis à jour (Mercredi, 23 Mai 2018 07:22)

 

Humain et ferme (ta gueule)

Créée le 22 janvier 2018, avec les choeurs de Vie Féminine Bruxelles, filmé au téléphone portable avec tangage, fausses notes, mais quelle ambiance !

Version audio :

Humain et ferme (ta gueule !)

 

Carpette

Je prenais du bon temps

Tout au fond de l'étang

Avec les copines

Quand on vit déboucher

Une espèce de boucher

Pour nous jeter sa ligne

 

Nous on ne mordra pas

A ce funeste appât

On connaît le manège

Mais toujours dans la bande

Il se trouve une gourmande

Pour se faire prendre au piège

 

Croyant gober une mouche

Elle ouvre grand la bouche

La naïve jeunette

Sans même l'étourdir

Juste pour le plaisir

Tchak ! Il lui tranche la tête

 

On dit que les chasseurs

Sont de cruels sans coeur

Pas les pêcheurs n'empêche

On condamne les zoos

Mais le peuple des eaux

Personne ne le protège

 

Tout le monde s'en fout

De voir dans l'eau qui bout

Un homard qui s'émiette

Tout le monde s'en fiche

Si en gefilte fish

J'me morfonds dans l'assiette

 

(...)

 

Le ciel le soleil et la mer

Il y a le ciel le soleil et la mer (x2)

 

Allongés sur la plage

Du sable dans les yeux 

Gisent les indésirables

Les misérables les gueux

C'est l'Europe l'espérance

Oh mon dieu pas de chance

Il y a le ciel le soleil et la mer (x2)

 

Le bateau est en planches

Et il n'est pas très grand

L'eau leur arrive aux hanches

Et ils nagent longtemps

Chaque été ça recommence

La mort prend pas de vacances

Que de larmes dans le ciel le soleil et la mer (x2)

 

Quelque part en septembre

D'autres se lanceront

Et déjà dans leur chambre

Ils préparent la rançon

Malgré le vent d'automne

Et les pluies monotones

Ils affronteront le ciel le soleil et la mer (x2)

 

(d'après François Deguelt)

 

 

 

 

 
Plus d'articles...