Onde de choc, niveau 4

Je ne suis pas musulmane. Je ne suis même pas croyante. Je n'ai pas la tête du non-emploi, du refus de logement, du refoulement à l'entrée de bars ou de discothèques. On ne me regarde pas de travers dans la rue, on n'hésite pas à s'asseoir à côté de moi dans les transports en commun, et si l'on fouille mon sac, comme partout désormais, c'est sans cet air de soupçon qui se répand comme un poison violent.

Je ne sais donc pas, pas dans mes tripes, ce que c'est que de vivre quotidiennement ces situations, que d'affronter au mieux la méfiance, au pire le rejet, l'insulte, de devoir sans cesse se justifier, prendre des distances avec des actes horribles commis au nom d'une culture à laquelle, qu'on le veuille ou non, on appartient. Je ne suis pas sommée de trancher un lien qui, même ténu, peut m'empêcher de me perdre dans un no man's land absolu. Je ne suis pas obligée de « choisir » entre des « valeurs » dites universelles, que je partage, même si elles sont davantage proclamées que mises en application, et d'autres « principes » qui parfois m'emprisonnent, mais qui ont constitué ce que je suis. J'ai le droit de louvoyer entre les unes et les autres, et c'est peut-être ce qu'on appelle « liberté ».

Je ne suis pas coincée dans ces conflits de loyauté et de convictions, je ne vis pas les petites (et grandes) humiliations quotidiennes, et pourtant, il ya quelque chose, dans l'ambiance actuelle, dans les déclarations matamoresques et les amalgames à la va-comme-je-te-discrimine, quelque chose de plus qu'un simpe désaccord politique, qu'une indignation intellectuelle. Oui, cela m'atteint au plus profond quand je lis que des clients se sont vu refuser l'entrée d'un bar parce qu'ils avaient des têtes trop basanées. Cela m'atteint au plus profond quand je lis ou que j'entends des remarques de mépris parce que des femmes portent un tissu sur la tête. Cela m'atteint au plus profond quand je croise certains regards, qui ne me sont pourtant pas destinés, ou quand je lis des déclarations qui affirment que qui lit le Coran n'est pas si loin de celui qui actionne une ceinture d'explosifs, aussi sûrement que qui vole un oeuf vole un boeuf.

Je ne lis pas plus le Coran que je n'ai volé des oeufs. Et pourtant tous ces regards, ces remarques, ces déclarations, ont un écho en moi. Mais oui, même si c'est loin, même si c'est indirect, j'ai connu cela. Je l'ai connu par mes parents, qui ont toujours gardé, de persécutions antisémites passées, la peur de la police, la crainte devant le simple contrôleur de train, même s'ils n'ont jamais voyagé sans billet. La peur qu'on leur reproche quelque chose, cherchant la justification bien avant qu'on la leur demande, pour tout, pour n'importe quoi, et me transmettant, sans le vouloir, cette certitude qu'on risque d'être accusé d'on ne sait quelle faute, que « cela » peut toujours recommencer. Et ils avaient raison : d'une certaine manière, « cela » recommence, même si ce ne sont pas « les miens » qui sont cette fois dans le viseur.

Mais profondément, tripalement, je ne le supporte pas, et quand des ami/e/s, des vrais – pas ceux désignés comme tels par Facebook et qu'on peut virer d'un simple clic – glissent sur cette pente, ça me fait mal, ça me blesse et ça me met en colère.

Je sais, je tombe là dans le « moi je... » que je dénonce souvent, où pour se solidariser avec d'autres, on ne parle encore que de soi. J'en suis désolée, mais mes facultés intellectuelles et militantes sont sérieusement ébranlées. J'écris cela au moment où le niveau d'alerte à Bruxelles redescend de 4 et 3, de manière pas plus compréhensible que quand il avait fait le mouvement inverse. Pas de quoi apaiser vraiment mais surtout, je sais que quand « nous » aurons retrouvé un certain sentiment de sécurité, il y en aura d'autres, qui sont des voisin/e/s, des ami/e/s, des camarades de combat, qui continueront à subir les ondes de choc. Au niveau le plus élevé sur l'échelle de la peur et du rejet.

 

PS : Certain-e-s vont sans doute me reprocher mon manque d'empathie pour les vraies victimes, les mort/e/s et les blessé/e/s de Paris. Non, il ne faut lire ici aucune indulgence ni aucune « excuse » à leurs assassins. Juste le refus de mettre dans le même sac coupables et innocents, le refus de secouer le tout pour n'en faire qu'un gros magma de soupçons qui ne fera qu'ajouter à la confusion, empêchera de comprendre quoi que ce soit et de prévenir d'autres massacres.

Mis à jour (Vendredi, 27 Novembre 2015 15:15)

 

Religions, mixité et simili queer

 

Ce mardi 24 novembre à Liège, la Fondation Ihsane Jarfi présentait une rencontre sur le thème « Homosexualité et religions monothéistes : points de vue inconciliables ? »

Avant de vous en donner un compte-rendu (d'une subjectivité assumée, comme toujours), une mise au point indispensable : j'ai le plus grand respect pour la Fondation Jarfi et en particulier pour Hassan Jarfi, cet homme qui a vécu l'une des pires choses qui puisse arriver à un être humain, la perte de son fils dans des cironstances horribles. Au lieu d'en tirer des motifs de haine et de vengeance, il a voulu y puiser la force de faire de sa vie un combat contre l'homophobie. Chapeau à lui et à sa Fondation.

 

Tribune unisexe

Cette mise au point étant faite, cette soirée m'a laissé un goût amer et même révolté.

Cette tribune unisexe (1) de huit mecs (les intervenants et l'animateur), en 2015, c'est franchement insupportable. Que les représentants des religions monothéistes soient des hommes, cela ne fait que confirmer leur côté patriarcal ; mais en cette matière, les représentants de la laïcité n'ont guère fait mieux et je dirais même pire, parce que je les considère comme ma famille convictionnelle (mais de moins en moins, tellement leur sexisme autosatisfait, combiné à une dénonciation facile du sexisme des « autres », m'exaspère). Pour la petite histoire, à ma remarque sur l'absence de femmes, ce sont les représentants juif et catholique qui ont répondu de manière plus ou moins pertinente, mais en prenant la question au sérieux, tandis que M. Le Philosophe Laïc se foutait de ma gueule. Mais j'y reviendrai.

Les religions monothéistes donc, face à l'homosexualité .


Mis à jour (Mercredi, 25 Novembre 2015 17:52)

 

No more

Ils étaient blancs

Ils étaient noirs

Ils portaient toutes les couleurs de l'arc-en-ciel

Mais pas seulement le bleu-blanc-rouge

Ils sont couchés

Ou déchiquetés

Sur un marché lointain

Dans une ville en guerre

Touchés par une bombe intelligente

Larguée par un drone anonyme

Ou bien fauchés

A la terrasse d'un café

Dans les travées d'une salle de concert

Un corps égal un corps égal un corps

Mornes morts des images télévisées

 

Nos morts

No more

Nos morts

No more

No more...


Mis à jour (Lundi, 16 Novembre 2015 12:27)

 

Et si l'on s'autorisait à avoir peur...

Quelques jours après les attentats de Paris, il semble de bon ton de proclamer : « Même pas peur ! » On va continuer à vivre comme avant, sortir comme avant, aller au spectacle, au foot (quand le match n'est pas annulé), traîner aux terrasses de café (heureusement, c'est bientôt l'hiver). On va se partager ce tweet mobilisateur : « Si boire des coups, aller au concert ou au match, ça devient un combat, alors tremblez terroristes, parce qu'on est surentraînés !!! » Allez, haut les coeurs !

C'est sympa évidemment de proclamer : « ils » veulent nous faire peur, eh bien non, ça ne marche pas !

Et pourtant, cela ressemble surtout à une posture. Comme celle de François Hollande proclamant que la Fraaaance (mettre quelques trémolos sur le « aaaa ») ne changera rien à son mode de vie... mais dans le même temps, qu'il faudra bien raboter quelques libertés et pour cela, apporter quelques modifications à la Constitution. La Constitution, rien que ça !

Et je vous passe les proclamations guerrières, ce sang impur qui va abreuver nos sillons, comme s'ils n'en débordaient pas déjà suffisamment !

Tout cela me paraît très « viril » même quand c'est porté par des femmes. Le Collectif français la Barbe remarquait qu'au lendemain des attentats, les invités politiques – pour ne rien dire des « experts » interrogés - sont masculins, à une écrasante majorité, comme on peut le voir d'une manère frappante sur ce site. En Belgique, on n'entend une voix de femme que parce que la commune « maudite » de Molenbeek a unE bourgmestre (la seule de la Région Bruxelles-Capitale d'ailleurs).

J'entends déjà les ricanements : ah oui, entendre Françoise Schepmans, ça change tout... Non, évidemment. Il n'empêche que cette culture de la confrontation et du « même pas peur » reste « masculine », dans le sens de la construction de la masculinté dans nos sociétés – le « nos » incluant ici les djihadistes.

En lisant toutes ces proclamations, je songeais à un livre récemment ramené du Québec, « Le care, éthique féministe actuelle ». Le care, c'est ce terme anglais difficile à traduire, qui inclut le soin, la prise en charge des besoins des personnes vulnérables, le souci des autres, ce que Joan Tronto définit très largement comme tout ce qui concourt à « maintenir, continuer ou réparer notre monde de telle sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible ». Plusieurs articles de ce livre collectif soulignent les failles des « théories de la justice » qui ne prennent en compte qu'un « citoyen idéal » (le masculin est ici volontaire) autonome, indépendant, laissant dans l'ombre la fragilité, le besoin des autres, qui sont pourtant notre lot commun. Je n'en citerai qu'un extrait, de Patricia Paperman : « Dans le contexte de l'ordre néolibéral, la dépendance et la vulnérabilité sont stigmatisées (...) Distinguer ceux qui ont besoin de care et ceux qui n'en auraient pas besoin permet de faire l'impasse sur une commune vulnérabilité ». Ce qui n'est pas sans conséquences politiques car, comme l'écrit encore Joan Tronto, « Les puissants sont réticents à admettre leur dépendance à l'égard d eceux qui prennent soin d'eux. Traiter le care comme une activité insigniifiante contribue à maintenir la position des puissants par rapport à ces derniers. Les mécanismes de ce rejet sont subtils, et ils sont bien entendus filtrés par les structures du sexisme et du racisme ». Car le travail de care, rémunéré ou non, visible ou non, est pris en charge, à une écrasante majorité, par les femmes et les personnes migrantes.

J'entends aussi celles et ceux qui nous disent, avec raison, que « c'est Paris tous les jours en Syrie depuis quatre ans », pour reprendre la formule choc de François De Smet. C'est tout à fait juste, et il n'y a pas qu'en Syrie. Avec la différence quand même que nous n'envoyons pas nos enfants à l'école à Alep, que nous ne buvons pas de verres à une terrasse de Bagdad et que nos proches ne vont pas assister à un match à Kaboul. Cela ne signifie absolument pas que nous devions être plus « solidaires » avec Paris qu'avec ces autres villes touchées par le terrorisme, Beyrouth, Ankara, pour ne prendre que les exemples les plus récents. J'ai dit ailleurs toutes mes réticences quant au déferlement de drapeaux français affichés sur tant de profils Facebook.

Mais je pense à toutes celles, à tous ceux qui ont peur – peur pour soi, peur pour les gens qu'on aime, peur pour ces inconnu/e/s aussi, victimes de crimes insensés. Peur en entendant Jan Jambon promettre de « faire le ménage » à Molenbeek – peut-être que Sarkozy solde son fameux « Karcher », dont on a pu apprécier l'efficacité - peur en lisant que des musulman/e/s et leurs lieux de cultes deviennent à nouveau la cible d'agressions. Peur d'une société qui se referme de plus en plus, ce qui n'est pas seulement le fait de nos dirigeants mais aussi de nos voisins, de gens que nous côtoyons tous les jours.

La question n'est sans doute pas d'avoir peur ou non, mais de savoir ce qu'on fait de cette peur. On dit que la peur est mauvaise conseillère, mais nier la peur, interdire ou moquer l'expression de la peur, ne me paraît guère de meilleur conseil. Parce qu'il y a les peurs qui paralysent ou qui enferment dans des bunkers, et puis il y a les peurs qui poussent à l'action, à la mobilisation, à l'engagement, à la défense de ses convictions. Et aussi à prendre davantage soin les un/e/s des autres. Pour moi, c'est là que se situe l'enjeu.

Mis à jour (Mardi, 17 Novembre 2015 11:09)

 

Haro sur les syndicats !

A en croire nos grands médias, la grève et les blocages de ce lundi 19 octobre en province de Liège sont la « cause » de deux décès. Inutile même de s'embarrasser de précautions oratoires, de rappeler que rien ne démontre actuellement que ces deux personnes auraient pu être sauvées ; on en oublierait presque que l'une est morte suite à une rupture d'anévrisme et l'autre d'un infarctus, non, la seule cause, ce sont les piquets sur l'autoroute. L'occasion est trop belle pour taper sur les syndicats et plus largement, sur tout ceux et celles qui osent bouger, un député MR allant jusqu'à accuser un de ses collègues du PTB d'avoir « du sang sur les mains »...

Haro sur la FGTB, donc, à longueur de colonnes, de titres ronflants, d'éditos vengeurs ou au mieux condescendants (1) (dressant les « gentils syndicats » prêts à la concertation contre les « méchants » de la FGTB), pour faire mine de s'étonner, ensuite, que « les syndicats peinent à redorer leur image » (2).

 

Mis à jour (Dimanche, 25 Octobre 2015 10:04)

 
Plus d'articles...