Après le massacre d'Orlando

On a beau se dire solidaire : de toutes les minorités, de toutes les victimes d'injustices, de discriminations, de massacres...

On a beau militer pour des causes qui ne sont pas toujours les siennes, par choix, par conviction, on a beau y mettre tout son temps et toute son énergie...

On a beau aussi refuser les identités assignées, les définitions imposées de l'extérieur, la réduction de soi à une origine, un genre, une orientation sexuelle, toutes réalités que l'on n'a pas choisies...

Il n'empêche : une atteinte à l'une de ces « catégories » auxquelles on appartient, de fait, qu'on le veuille ou non, touche quelque chose de plus profond que tous les autres massacres, ou toutes ces injustices quotidiennes plus ou moins dramatiques qui peuvent susciter indignation et révolte. Soudain, on est atteinte dans ses parties vitales.

Pour moi, c'est ainsi quand des personnes d'origine juive sont tuées parce que juives (qu'elles soient croyantes ou non, et quelle que soit leur implication dans la politique criminelle israélienne), des femmes parce que femmes ou encore, comme en cette horrible nuit à Orlando, des homosexuel/le/s en tant qu'homosexuel/le/s.

Personnellement je déteste tout ce qui est « identité », surtout au singulier. Je suis sans religion et pourtant, la Shoah et l'antisémitisme persistant m'obligent à rester « juive ». Je me sens bien dans l'idée des « genres fluides », mais le sexisme, les discriminations, les violences envers les femmes m'empêchent de revendiquer toute « fluidité ». Je voudrais tellement pouvoir dire, simplement, que j'ai vécu des amours avec des personnes, qui – ô coïncidence – étaient des femmes, l'homophobie toujours vivace, et la minorisation des femmes au sein même de la « communauté » LGBT+, m'obligent en quelque sorte à me revendiquer comme lesbienne.

Je sens bien que pour moi, la tuerie d'Orlando n'est pas un massacre parmi d'autres, nombreux hélas, comme le Bataclan à Paris, l'île d'Utoya en Norvège ou même Maelbeek à Bruxelles, un endroit si proche de moi. Cela m'atteint bien plus profondément. Ne serait-ce que parce que j'y retrouve, poussée à son paroxysme, une haine ou même de simples préjugés qui ont pu me viser moi ou ceux/celles que je dois bien appeler « les mien/ne/s ». Que cela fait remonter des souvenirs, personnels ou non : depuis ces étudiantes (parfaitement libre-exaministes et futures psys!) qui refusaient de s'asseoir à côté de moi, comme si j'allais leur sauter dessus en plein cours, ou comme si j'étais contagieuse ; la mère d'une condisciple à qui j'avais fait mon "coming out" m'interdisant d'approcher sa fille à moins de trois mètres (ce qui me fait rire aujourd'hui, mais pas à l'époque...) ; ces personnes qui interprètent une difficulté avec moi comme un problème avec « les lesbiennes »; ou moins personnel, jusqu'à cette autorité provinciale tout à fait socialiste qui vire une prof pour avoir donné le « mauvais exemple » en parlant de son homosexualité dans une émission télévisée, ou ce couple de jeunes femmes violées pour leur apprendre, sans doute, à apprécier les charmes de l'hétérosexualité. Toutes ces petites humiliations, toutes ces grandes blessures, voilà ce que la tuerie d'Orlando réveille aujourd'hui.

Et ceci reste, bien entendu, un témoignage tout à fait personnel.

 

 

*                         *

*

 

 

On n'est pas obligé/e/s d' « aimer » les homosexuel/le/s. Il suffit de voir les personnes indépendamment de leur orientation sexuelle ou leur identité de genre, il suffit de ne pas les discriminer, ou au moins de les laisser vivre.

On n'est pas obligé/e/s d' « aimer » les musulman/e/s. Il suffit de voir les personnes indépendamment de leur croyance ou de leur pratisques religieuse, il suffit de ne pas les discriminer, ou au moins de les laisser vivre.

On n'est pas obligé/e/s d' « aimer » les juif/ve/s, les migrants, les Roms, les Américains, les Belges, les jeunes, les vieux/vieilles, les cyclistes, ni toute autre catégorie, persécutée ou non. Toutes les catégories et les généralisations sont absurdes et parfois mortelles.

Après le massacre d'Orlando, je n'ai vraiment aucune envie de parler d'Amour universel, juste du droit de vivre en paix, de refuser la violence, que ce soit à coups de fusil ou à coups de mots. Je pense à toutes ces victimes mais aussi à toutes celles, tous ceux qui risquent de payer le prix fort sans y être pour rien. Alors, faute de nous aimer tou/te/s, contentons-nous de ne pas nous haïr.


PS : Et si je parle surtout des femmes, je n'oublie pas pour autant l'horrible meurtre d'Ihsane Jarfi, qui montre à lui seul l'absurdité de réduire l'homophobie aux religions, et à l'une d'elles en particulier : dans ce cas, c'est la victime qui était musulmane.

 

 

 

Orlando, nuit du 11 au 1 juin 2016 : http://www.liberation.fr/planete/2016/06/12/massacre-dans-un-club-gay-a-orlando-en-floride_1459012

Mis à jour (Lundi, 13 Juin 2016 10:04)

 

Commentaires   

 
0 #4 Irène 16-06-2016 07:28
Catherine : oui, bien sûr, tu as raison. Je revendique le côté très personnel de ce texte, qui est moins un "point de vue" qu'un ressenti
Citer
 
 
0 #3 catherine 15-06-2016 14:11
Je comprends ton point de vue, mais je ne suis pas sure de le partager tout a fait.
!) Moi j'ai l'impression que les "terroristes" de ces dernières années tirent sur tout ce qui "dépasse": des militaires français musulmans (Merah), des juifs, des dessinateurs de presse, des policiers, des bobos parisiens, des homos bien sur... et aussi sur tout le monde (Zaventem, Maelbeek, Madrid 2004,...) et donc aussi et encore sur des Musulmans...
Ma question n'est des lors pas tellement qui, mais bien pourquoi ils assassinent?
2) lors de la profanation du cimetière juif de Carpentras en 1990, une amie m'avait manifeste sa sollicitude: "Ca a du être surtout terrible pour ta mère (qui est juive)!". Ca m'avait interloquée: n'était-ce pas aussi terrible pour elle que pour ma mère ou pour moi, que des jeunes profanent un cimetière, et un cimetière juif?!
Des jeunes Français, nés ici, grandis ici...

Pour moi, l'horreur du Pulse a Orlando, ce ne sont pas seulement des homos massacres. Ce sont aussi - surtout? - des jeunes qui font la fête, qui s'aiment sans complexe... et qu'on assassine a ce moment la. Je crains que la prochaine cible puisse être n'importe quel dancing,... ou match de foot ou station de métro, bien sur.
Citer
 
 
0 #2 Irène 14-06-2016 07:54
merci Anne, ce texte me tient particulièrement à coeur
Citer
 
 
0 #1 Guest 13-06-2016 21:52
Chère Irène, j'aime beaucoup te lire en général, mais cette fois il faut que j'ajoute : je suis très émue. Anne
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir