Autres

SAP : Lettre au Soir

Bonjour,

C'est avec consternation que j'ai découvert votre article consacré à l'"aliénation parentale", indigne d'un journal de qualité.

Ecrire que "ce syndrome est aujourd’hui reconnu sur le plan pédopsychiatrique" est tout simplement une contre-vérité : il n'est "reconnu" que dans certains milieux (proches des) masculinistes, sphère à laquelle appartient votre "expert" Hubert Van Gyijseghem (cité notamment ici : https://stop-masculinisme.org/?p=119) ainsi que l'inventeur du SAP, Richard Gardner, très contesté notamment pour ses positions sur la pédophilie (voir par exemple ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_A._Gardner) Indiquer que sa personnalité est controversée aurait été la moindre des choses d'un journalisme honnête et/ou compétent.

Un minimum de recherches sur le net aurait également permis de constater que le SAP lui-même, loin d'être "reconnu", est très sérieusement mis en question, y compris par des autorités très officielles. Je vous cite notamment ceci : "Le ministère des Familles de l’Enfance et des Droits des Femmes vient d’annoncer la prochaine publication d’une fiche sur le site du ministère de la Justice, visant à proscrire l’utilisation du concept idéologique dénommé « Syndrome d’Aliénation Parentale » (SAP) ou « Aliénation Parentale » (AP). Depuis une dizaine d’années, de nombreux spécialistes de l’enfance et du psycho-traumatisme n’ont eu de cesse d’en dénoncer la dangerosité au regard de la protection des enfants." (source : https://www.village-justice.com/…/Expertises-Judiciaires-re…)

Votre article aurait dû au moins citer l'existence de sérieuses controverses. Sur le site de Yakapa, qui vient de la Communauté française elle-même, on peut lire ceci : "Le terme d’aliénation parentale renvoie à une théorisation linéaire simpliste qui court-circuite la complexité de chaque situation et donne l’illusion dangereuse que tout professionnel pourrait être capable de porter ce diagnostic (Phelip, 2012). Il y aurait d’un côté un parent aliénant soumettant son enfant à une emprise et à un lavage de cerveau qui l’amènerait à refuser toute relation avec son autre parent, et d’un autre côté, un parent victime, injustement coupé de tout contact avec son enfant instrumentalisé. Ceci est en contradiction avec les constatations des experts sérieux et bien formés qui savent que les situations où un enfant refuse tout contact avec un de ses parents sont parmi les plus difficiles à comprendre, et qu’elles nécessitent une évaluation longue et précise.
En 2006, le Conseil national des Juges aux Tribunaux de la Famille des États-Unis a dénoncé le SAP pou son utilisation sans fondement et qui a pu avoir des effets dramatiques puisqu’elle a amené à confier des enfants en garde à des pères agresseurs sexuels, leur refus d’aller chez leur père étant considéré comme un signe d’aliénation par la mère. L'utilisation de ce "syndrome" - terme qui laisse à penser qu'il s'agit d'un état pathologique scientifiquement prouvé - a trouvé un coup d'arrêt lorsqu'en 2012, 8000 professeurs américains ont refusé son inscription au DSM, manuel diagnostique qui liste les désordres mentaux". (source : http://www.yapaka.be/…/ta-72-gardealternee-frisch-desmarez-…)
On le voit, on est très loin d'une reconnaissance officielle...

Il est d'autant plus regrettable que le Soir donne ce genre d'informations, aussi fausses que dangereuses, quelques jours après que le rédacteur en chef Christophe Berti ait déclaré lors d'un colloque organisé par l'AJP son attention aux questions d'égalité hommes/femmes, et au lendemain de la tuerie de Toronto qui montre jusqu'où peuvent mener des idéologies masculinistes.

Avec mon indignation la plus sincère


Et l'article : http://plus.lesoir.be/153115/article/2018-04-24/lalienation-parentale-un-syndrome-encore-meconnu-et-difficile-identifier

 

Inteview exclusivement exclusive de.... Alain Destexhe

- Alain Destexhe, il paraît donc que vous aussi, vous hébergez des migrants ?

- Absolument. La solidarité est une de mes valeurs principales, avec l'égalité hommes-femmes, le refus de l'assistanat et l'islamophobie. J'ai donc décidé d'héberger des Norvégiens*.

- Attendez, ne nous dites pas que vous accueillez Anders Breivik... ?

- Non, lui, il est déjà hébergé. Les Norvégiens que j'accueille, ce sont des... enfin, vous voyez, quoi (rires).

- Et qu'est-ce qui vous a décidé à prendre cette décision ?

- Ecoutez, nous sommes dans une période délicate, avec tous ces fous qui veulent fermer les centrales nucléaires, y compris dans mon propre parti. Heureusement que Bart y a mis un frein, mais avec tous ces électeurs qui votent n'importe comment, allez savoir si finalement un jour, la décision ne sera pas appliquée... ? Alors je prends mes précautions : en cas de rupture d'approvisionnement, j'ai mes Norvégiens qui pédalent dans la cave.

 

* Pour comprendre l'allusion aux « Norvégiens », voir ici

 

Désintérêt politique ou course d'obstacles ?

(Réponse parue dans la Libre du 11 juillet, à une opinion du 6 juillet)

 

Dans votre numéro du 6 juin, vous avez publié une opinion de Marc Notredame intitulée « Parité hommes-femmes sur les listes de candidatures aux élections : une véritable supercherie ». Passons sur la démonstration « mathématique » pour en venir au coeur de son argumentation : « L’intérêt pour la politique et le désir de s’y engager ne sont pas répartis de façon strictement paritaire entre les femmes et les hommes ». L'auteur oublie juste de préciser si cet « intérêt pour la politique », caractère masculin, est inscrit dans le chromosome Y ou irrigue le corps mâle avec la testostérone. Qu'importe : après l'avoir lu, on ne peut que s'incliner et se demander s'il a été bien raisonnable d'accorder aux femmes le droit de vote, de plus obligatoire en Belgique. Le choix de la couleur des meubles de cuisine et de la marque de l'aspirateur doivent bien suffire à satisfaire leurs « intérêts » propres. Elles peuvent même, sans sortir de leur zone de confort, participer à la préservation de la planète en optant pour des produits de nettoyage écologiques. Aux unes les couches pour bébés, aux autres la couche d'ozone, et le monde sera beaucoup plus juste.

On peut, certes, contester le principe de la parité ou des quotas, et même avec des arguments sérieux, mais il faut bien constater que sans cela, les choses n'avancent pas. Si l'on sort de l'idée farfelue qu'il existerait un « gène de la politique », il reste à se demander pourquoi, « naturellement », les femmes n'arrivent pas autant que les hommes à des postes de responsabilité, alors même que les filles obtiennent de meilleurs résultats que les garçons, depuis l'école jusqu'aux études universitaires.

C'est qu'il ne s'agit pas seulement de « choix individuels » venus de nulle part, mais d'un ensemble d'obstacles posés sur la route des femmes : pour prendre une image, on pourrait dire qu'elles doivent parcourir un 110m haies quand les hommes courent un simple 100m.

Il existe des études qui démontrent comment, dès la cour de récréation, les petits garçons vont « naturellement » occuper l'espace central, reléguant les filles sur les côtés. Cela continue en classe, où les garçons sont beaucoup plus encouragés à prendre la parole, même sans la demander, alors que les filles apprennent à lever sagement le doigt (et les institutrices ont les mêmes biais que leurs collègues masculins). On peut parler des plaines de sport « natuellement » occupées par les garçons, ou encore de la façon dont, dans les familles, les exigences ne sont pas les mêmes pour les fils que pour les filles : aux premiers les jeux à l'extérieur, aux secondes l'espace privé. On peut poursuivre avec la répartition déséquilibrée des tâches domestiques et de la prise en charge des enfants et des personnes dépendantes.

Le monde politique lui-même a été organisé par les hommes pour les hommes : cela va des heures de réunion à certaines formes de « combats de coqs » - voir tout le jeu de pouvoir dans les poignées de main entre Trump et ses interlocuteurs ! Il y a aussi la non prise en compte, consciente ou non, de la parole des femmes, moins écoutées et plus souvent interrompues que leurs homogues masculins : les conseillères d'Obama à la Maison Blanche ont mis au point une technique de soutien mutuel pour que leurs contributions aux débats soient enfin entendues.

Faut-il continuer ? S'il existe bien une « discrimination positive » dans l'accès aux postes politiques, c'est bien en faveur des hommes.

Mais sur un point, on peut partager l'avis de votre contributeur sur la « supercherie » que serait la parité des listes : là où il n'existe aucune obligation, les femmes disparaissent. Pas de parité au gouvernement fédéral, une seule femme sur 8 dans le (ex)gouvernement wallon, environ 10% de femmes bourgmestres (2 sur 19 en Région bruxelloise). « Désintérêt politique », vraiment ? Ou course d'obstacles, où la parité des listes, loin d'être un « scandale », n'est guère plus qu'un faible coup de pouce ?

 

Lantin

Lantin, 9 mai 2017 : représentation par des détenues de leurs textes, résultat d'un atelier théâtre, espace de liberté.

Leurs mots sont si fort, on peut les lire dans ce recueil. Plus forts encore quand elles les disent, avec leur colère et leur peine, souvent au bord des larmes, parfois au bord du malaise.

Mais j'ai eu aussi envie d'y mettre mes propres mots, avec ce que j'ai ressenti ce soir-là. En coupant, en regroupant, en ajoutant, j'espère ne pas avoir trahi.


Elle dit

Ici chaque jour ressemble aux autres

Ressemble au jour d'avant

Ressemble au jour d'après

Lever repas travail préau repas travail préau douche repas cellule

Lever repas travail préau repas travail visite...

Visite !

Quand il y a des visites...

Quand on n'est pas au cachot...

 

Elle dit

La prison me sépare de mon enfant

Elle sépare mon enfant de son enfance

Trois visites d'une heure par semaine

Ou seulement deux visites par mois quand la famille s'y oppose

Au moment où l'enfant part je m'éteins

- c'est ainsi qu'elle le dit : je m'éteins -

D'accord je mérite une sanction

Mais elle

Mais lui

Pourquoi ?

 

Elle dit

Ici il n'y a aucune intimité

Oeilleton

Regards

Matée par le maton

A n'importe quel moment

Aussi la fouille

Etre touchée sans mon consentement

Le consentement, si précieux dehors

 

Elle dit

Mon duo était enceinte de deux mois et demi

- c'est ainsi qu'elle appelle sa co-détenue : mon duo -

Mon duo avait très mal au ventre

Elle s'est mise à saigner

Saigner

Et soudain elle a perdu son bébé dans les toilettes

- c'est ainsi qu'elle en parle : elle dit « son bébé » ou alors « des morceaux » -

J'ai appelé les agents

Appelé

Longtemps

L'infirmière est venue

A vu la chose

Elle a dit : ah oui, c'était votre bébé

Pas de médecin pas de gynéco ni de psy

Juste l'infirmière

Une piqûre calmante

Du paracétamol

Elle a eu mal et saigné durant deux mois

 

Elle dit

Ici on apprend l'égoïsme

L'échange : interdit

Le don : interdit

Le don, si précieux dehors...

Trois jours d'IES pour un paquet de tabac et deux oeufs

- elle dit : IES, Isolement en Espace de Séjour, le joli nom du cachot -

Deux mètres sur quatre

Une couverture qui pue

Le PQ distribué au coupon

Pas de cigarettes

Pas de contacts

Pas de visite

Seule au monde

Abandonnée

En cas de tentative de suicide, tarif encore plus lourd

Nuit et jour surveillance spéciale, toutes les demi-heures

 

 

Elle dit

Je suis rentrée en prison à 20 ans

J'en ai 26

Je n'ai rien vécu

Bientôt je sors

Mais comment ce sera dehors ?

Il n'y aura pas de gardienne pour me dire : lève-toi

Il n'y aura pas de gardienne pour me dire : au boulot

Pour m'apporter le repas

Des vêtements propres

Pour m'emmener à la douche

Et quand j'aurai fait quelque chose de bien, qui me félicitera ?

Qui me félicitera ?

Elle dit : bientôt je serai libre

Est-ce que j'attendrai qu'on vienne me réveiller le matin ?

Est-ce que j'attendrai devant la grille du jardin qu'on me permette de sortir ?

Ce sera comment : dehors ?

J'ai si peu vécu...

 

 

 

 

     

     

     

     

     

     

     


     

     

     

    Mis à jour (Jeudi, 11 Mai 2017 14:34)

     

    Interview exclusivement exclusive de... Francis Goffin

    ... de Francis Goffin, directeur des radios de la RTBF

    - Francis Goffin, dans une interview dans Moustique, vous affirmez que : "En radio, ce n'est pas évident les voix de femmes, objectivement, pour des raisons de texture, c'est plus difficile que pour des timbres masculins". Certaines s'en sont offusquées.

    - C'est un mâl-encontreux mâl-entendu. Il n'y a que des féministes hystériques qui peuvent douter de l'immense respect que j'ai pour toutes les femmes. Je le précise d'ailleurs dans ma réaction, que je vous prierai de reprendre telle quelle : "Sachant que la diversité – quelle qu’en soit la nature – fait partie des valeurs du service public, j’ai d’ailleurs évoqué dans l’interview le fait que nous avons été attentifs à la mixité de la nouvelle grille, tout en reconnaissant qu’elle est difficile à atteindre en radio, c’est bien connu, du fait de la tessiture des voix féminines. Je comprends que cette retranscription approximative ait pu émouvoir et je regrette cette polémique d’autant plus que confier des responsabilité à des femmes, travailler avec des collègues féminines et les respecter font totalement partie de ma conception de notre société, ceux et celles qui me connaissent et travaillent avec moi peuvent je pense largement en attester. Je présente néanmoins mes excuses auprès de celles et ceux que cette transcription de mes propos a pu choquer et suis disposé à dialoguer sur le sujet avec ceux qui le souhaiteraient" (1).

    - Vous parlez de la "mixité de la nouvelle grille". Cependant, quand on regarde cette grille (2), on a dans l'ordre : Mehdi, François, Betrand, Laurent, Jérôme, Walid, Arnaud, Eddy, Didier, Philippe, et enfin une Pascale à 22h. Ah oui, j'allais oublier une Véronique égarée entre 10 et 12h, mais pour parler de « tendance », « lifestyle »... Pas un peu stéréotypé, tout ça ?

    - Vous oubliez les grands journaux parlés, qui seront confiés à des femmes.

    - Peut-on dire que celles-là sont affranchies des problèmes de timbre... ?

    - Je vous vois venir avec vos jeux de mots foireux... L'information est souvent grise, triste, sinon dramatique, alors oui, au milieu de toutes ces guerres, tsunamis ou affaires Publifin, je considère que les femmes peuvent apporter de la fraîcheur. Ce que j'ai d'ailleurs dit dans la même interview, même si des féministes poilues n'ont pas voulu l'entendre.

    - A en croire la presse, cette polémique vous a profondément touché...

    - Vous savez, on donne des interviews, comme ça, on ne se méfie pas, et puis vos propos sont déformés, ou mal retranscrits. Même dans ma réaction, il y a une regrettable erreur : je ne parle pas de problèmes de "tessiture", mais "testicules ». Qu'on n'aille donc pas me chercher avec des accusations de sexisme !


    (1 )Passage authentique, article de la Libre à lire ici

     

    (2) La grille de la Première, voir par exemple celle d'un lundi

    Mis à jour (Dimanche, 07 Mai 2017 08:44)

     
    Plus d'articles...